Your browser either does not support JavaScript or you have turned JavaScript off.

Ce qu’il faut savoir sur le « TRUNK »

KB-3778   |   Savoir   |   Crée le 23.04.2018   |   Dernière mise à jour: 14.09.2018

Dans cet article, nous allons vous présenter la fonctionnalité « TRUNK ». Vous la trouverez dans la plupart des équipements réseaux tels que les routeurs et les modem/routeurs. 

Le mot « trunk » signifie « tronc » en anglais. Cela fait référence au regroupement de plusieurs interfaces WAN. 

Le « TRUNK » peut être géré de deux manières : la première consiste à mettre en place le « failover » et la seconde le « Load-balancing ». 

Le « failover » permet d’appliquer une redondance de lien Internet pour assurer une continuité de service. Dans le cas d’une interruption d’un accès Internet (Wan), l’équipement réseau va gérer automatiquement le basculement d’un accès « WAN » vers un autre accès internet « WAN ». 

Voici quelques exemples qui entailleront la définition : 

Concrètement, nous créons un « TRUNK » avec un port en actif et un autre port en passif (dans le menu configuration -> réseau-> trunk) sur un routeur ZyWALL USG60. Ce qui donne (cf. figure ci-dessous):

 

Afin que le basculement puisse s’opérer entre vos deux interfaces WAN, il est nécessaire d’activer la fonction « Connectivity check ». Celle-ci doit être activée sur les deux interfaces WAN (accès Internet). Il faut indiquer une adresse stable qui a peu de chance d’avoir une interruption de service tels que les DNS de Google par exemple (8.8.8.8 ; 8.8.4.4).

 

Le « Load Balancing » permet de gérer l’équilibrage de charges entre les deux interfaces cf. le cas ci-dessus. 

Vous avez trois algorithmes de charge :

  • Lead Load First
  • Weighted Round Robin
  • Spilover

Least-Load-First

Avec l’algorithme Least Load First, une nouvelle session est attribuée selon la bande passante restante d’une interface. Par exemple : 

Capacité WAN1 = 2'000 kbps, charge actuelle WAN1 = 500 kbps -> disponible 1'500 kbps 

Capacité WAN2 = 10'000 kbps, charge actuelle WAN2 =9'000 kbps -> disponible 1'000 kbps 

Malgré un débit de transfert de données maximum, il reste sur WAN2 moins de bande passante disponible. Ainsi, la nouvelle session est établie sur la connexion WAN1 qui est moins chargée.

 

Pour que le calcul de l’algorithme se fasse correctement, il faut fixer « l’Egress Bandwidth » (Upstream : bande passante du trafic de données sortant) des interfaces WAN doit être définie correctement.

Weighted Round Robin

Les sessions sont distribuées selon un rapport défini. Par exemple :

Capacité WAN1 = 2'000 kbps, part de la capacité totale : 1/6 Capacité WAN2 = 10'000 kbps, part de la capacité totale : 5/6 La capacité du WAN1 est cinq fois plus petite que la capacité du WAN2. Cela donne un ratio de 1 :5. Ainsi, une session sur six est transférée sur la connexion WAN1.

 

Spillover 

A chaque dépassement d’un seuil prédéfini, les sessions sont établies du haut vers le bas sur l’interface suivante. Par exemple :

Seuil WAN2 = 9'000 kbps -> ce n’est qu’après le dépassement de cette limite que l’USG établit les sessions suivantes sur WAN1.

 

A savoir, nous ne pouvons pas avoir deux interfaces WAN en passive.

 

Dans certaines situations, il va parfois falloir utiliser des règles de routage (Policy rule) :

Par exemple, nous souhaitons forcer l’interface LAN1 à utiliser le «TRUNK » que nous avions configurée auparavant.

 

Pour finir, nous tenons à signaler que les routeurs fournis par Zyxel ne font pas d’agrégat de lien. Cette technologie permet le regroupement de plusieurs ports réseau pour les utiliser comme s'il s'agissait d'un seul. Le but étant d’accroitre le débit au-delà des limites d'un seul lien, et éventuellement de faire en sorte que les autres ports prennent le relai si un lien tombe en panne (redondance).